LRDP ET SA CRITIQUE

Post Reply
User avatar
'ABD
Administrateur
Posts: 1497
Joined: 15 February 2014, 23:55

LRDP ET SA CRITIQUE

Post by 'ABD » 26 July 2015, 04:22

En cette période estivale plutôt vacante pour le repos, et où certains points, vus et revus sont diffus voir devenu confus, il est important de faire une mise au point, un petit bilan, une clarification de... la critique faite du long métrage "La révélation des pyramides" !

Revêtons pour un instant, le costume "gentleman" d'Arsène Lupin, en doublant son esprit avec celui du détective qui a la connaissance des "aspects psychologiques" qu'est Hercule Poirot, pour le tripler du "sens aigu du détail" du non moins célèbre privé Sherlock Holmes !
Rouletabille ne se penche donc plus pour un instant sur les sites archéologiques en ouvrant la voix parmi eux, et s'y détourne volontairement quelques temps pour mieux y travailler à son retour...
Serpico fermant leur marche de façon fugace ...!

En clair, au-delà des magnifiques sites et autres "démonstrations irréprochables" sur d'incroyables monuments antiques, s'il y a bien une leçon à tirer du film "La révélation des pyramides", c'est bien la "méthodologie" à employer, pour perdurer et se rendre définitivement incontournable !
Et cette "approche" doit être irréfutable, tout comme nous le démontre les choix et les animations de Patrice Pooyard !

N'est-ce pas factuel, et donc indiscutable, d'avoir une attention sur la "taille toute particulière" des pierres, ou de présenter "une statue" dont la perfection est sans faille dans sa symétrie ?
N'est-ce pas factuel, et donc sans faille, de mettre en évidence des "constantes mathématiques" belles et bien connues dans l'antiquité, pourtant découvertes, pour certaines, depuis si peu à notre époque ?
Et de là, n'est-ce pas factuel que l'Histoire doive reconnaître ses manques, son ignorance, et avouer son "aveuglement" dans certaines réalités effectives ?
Bien que cela soit "incroyable mais vrai", le regard doit également être aussi "soigné" sur ceux qui "raisonnent" et qui "critiquent" les faits de "La révélation des pyramides".

Avant de bien comprendre les sujets développés du film, il faut nécessairement, se poser "les bonnes questions quant à ces critiques" !

Qui, comment et au nom de quoi critique-t-on la réalisation et la production de Patrice Pooyard et de son informateur Jacques Grimault l'homme de science des éléments du film, eux seuls légitimes de cette oeuvre ?
Image
Ceci est un frisbee !
Qui ?
En effet, "qui" peut se permettre de critiquer le film ?
On pourrait dire tout le monde, et évidemment c'est le cas, mais seulement dans la bonne mesure de ce que l'on est !
En effet, être humble, ne signifie aucunement d'être arrogant pour se permettre de disqualifier un travail, avec une soi-disante argumentation "logique" de raison partiale et partielle !

Et un "nom" ou un "pseudo", ne montre pas tout de suite le "sérieux" ou "l'honnêteté intellectuelle" de son expression, à moins d'être d'une "relative" célèbrité dans une "relative" virtualité, annonçant aussitôt la couleur de son âme et de ses intentions...

C'est alors son expression, sa participation et l'objectif de ses propos qui vont "parler" et être "déterminants" sur le profil du "personnage" qui "s'affiche" à ce moment là...
La "façon de critiquer" et le "ton" vont donc être un premier point révélateur quant à la personnalité...

Dès lors, la crédibilité du propos "constructif" ou "négatif" prédétermine "l'état d'esprit" de l'intervenant.
De ça, la "légitimité" par son "apport", se révèle et se clarifie sur son droit à la critique du film...
En somme, pour qui tu te prends ?
Es-tu bien à ta place ? En accord avec ton contexte ?

Par conséquent, la crédibilité de l'intervention est intrinsèque au fond du propos, exposée dans les arguments !
Le bon scientifique se distinguera naturellement par son étude, qui ne se cantonnera pas sur un ou deux aspects, mais sur l'ensemble, comme tout bon chercheur respectant un cahier des charges exigeant, pour être valide...
Le non-scientifique se distinguera par sa participation et sa réfléxion plus ou moins percutante et/ou plus ou moins lucide, de par sa culture, son originalité, sa créativité, son intuition, son avance décontractée...
L'intrus se distinguera par sa "mauvaise" volonté, sa "schlingue attitute" et autres fadaises hypocrites... sans honnêteté, ni gentillesse, ni sagesse, ni empathie, ni noble, ni humble...
On ne peut pas tromper tout le monde, tout le temps "quant à soi" !

Mais au-delà des "bonnes" personnes, dignes de respect et citoyens des uns et des choses, il y a après ces modestes et "exemplaires" intervenants, les pseudos minoritaires qui se "révèlent" et qui "livrent" leur mauvaise foi, comme ceux qui interviennent en croyant être protégé derrière leur pseudo ip camouflé... !
Au pire, on descend au fond encore, lorsqu'une intervention devient trollesque et se fait jour hors la loi ; et ici, ce n'est plus par la raison qu'il faut donc entreprendre l'échange, mais en l'ignorant implacablement, comme le propose une analyse psychologique de ce genre d'individu ...!

Car en effet, ce n'est pas une "observation" ou la "raison sur un sujet" que celui-ci recherche, mais plutôt la "discorde" !
Et pas seulement avec un "déraisonnement" du propos, mais sur le "fonctionnement même" de la discussion engagée, dans un espace qui se veut garder une certaine convivialité, où "sa colère" s'immisce...
Ou du "hors sujet", ou que l'on parle "de lui positivement", et "négativement" des véritables initiateurs de "La révélation des pyramides"...
Un jeu d'égo narcissique de finalité impropre... que l'on peut parachever d'un "clac" en un clic, dossier classé !

La réponse donc à donner envers ces "travers" n'est jamais suffisante avec des arguments logiques et raisonnables, ce que révèle une autre analyse rendu par le "huffington post".
Faire face à ses propres défauts permet de changer... parfois...


Comment ?
Comment critique-t-on le film "La révélation des pyramides" ?
Prend-t-on d'abord en compte le vécu et la mise en oeuvre de ce documentaire ?
La difficulté et les ambivalences même de sa mise en place, avec les difficultés judiciaires, et le "déraillement" dû aux "vilains", (voir article "LETTRE OUVERTE À OLIVIER KRASKER ROSEN, DIRIGEANT D'EKWANIM DEPUIS FIN JUIN 2011"), sont à peser avant "d'oser" pointer du doigt le contenu du documentaire...

Une "éthique" d'approche est donc nécessaire, et cette "entrée en matière" ne peut aucunement être "oublié" lorsque l'on pose des questions qui cherchent et montrent clairement ne pas être d'accord, même légitimement !
Par cause, la "manière de faire" reste donc déterminante dans ce cas, et doit forcément, au minimum, être "respectueuse" du difficile travail effectué, lors de l'expression d'une critique, qui infirme ou qui affirme, restant toutefois légitimement constructive...

La difficulté "en plus" à prendre en compte avant de parler, c'est aussi de voir qui sont "ceux" qui sont les "escamoteurs" du travail de Patrice Pooyard et de Jacques Grimault !
La lettre ci-dessus indique un dirigeant "mauvais joueur", qui vraisemblablement a, entre autre, utilisé des images en effaçant la signature de son auteur !
Et cet auteur aussi, aujourd'hui est un détracteur du documentaire ! Il reste cependant crédible, par ses prétendus démonstrations "illustrées" pour d'autres dépréciateurs, qui "utilisent" aussi à leur tour ses dessins (tiens donc !)... sans apparent lien entre eux (Voyons ! Ce n'est pas une bande organisée, évidemment !), mais tout aussi manipulateur...!

Sachant ces liens à tendances "inaliénables", la critique doit être avec tout ceci, doublement, voir triplement bien mesurée avant d'être dîtes...

Puis, vient l'analyse du contenu du film.
Il faudra pour commencer "en toute logique" se documenter sur les ouvrages et les réalisations des auteurs !
Comment "décrier" ensuite, les arguments de ce documentaire sans apporter une "vérification déterminante" qui en fonderait la véracité ?

Dans le cas où le réquisitoire est "non-vérifié", sans même de fondement, l'argument n'a pas de crédibilité et ne peut pas être pris au sérieux...
L'intervenant qui agit ainsi sans sincères preuves, ni arguments valables, se retrouve avec une "ardoise" dont on a ajouté quelques mauvais points, alourdissant encore sa puérilité coupable...

Une vérification "rigoureuse", "judicieuse" et "imparable" est inévitable !

Et il est impossible de se contenter d'une seule et accessoire "petite" vérification, dont le résultat "insuffisant" servirait pour décrédibiliser tout le reste du film...
Il faut au minimum un "test", un "exemple", une "vérification", un appui pour pouvoir contester même si ce n'est qu'une "idée"... et pas juste "en surface" !
L'idéal est donc d'être compétent, en adaptant "correctement" une analyse, permettant d'obtenir une "propriété" de l'objet étudié, ou une "mesure", définitivement inévitable ! Et non bancale ou discutable... car l'on ne peut pas demeurer indéfiniment dans la rhétorique !

La meilleure démonstration finalement "exemplaire" de "La révélation des pyramides" est justement d'accompagner "l'ensemble des faits", par le montage d'une palette de couleurs "évocatrice" et donc "explicative", sans une réalisation désorganisée des éléments en question.
Tout cela forme "un tout homogène et harmonieux" autant en situation qu'en perception, concluant et mènant une investigation narrative ordonnée, sans errer dans d'inutiles affabulations...

A moins d'être dans le "dogmatisme", et donc fermé à tout autre cadre idéologique que celui affirmé par ce même "dogmatique", il ne demeure par conséquent, que l'aveu du scientifique, qui ne peut "que" rendre compte de la réalité exposée dans ce film, inéluctablement !
En effet et en vérité, de la thèse à la synthèse en passant par l'anti-thèse, rien aujourd'hui n'a prouvé le contraire des "états de faits" de "La révélation des pyramides" qu'ont façonné Patrice Pooyard et Jacques Grimault ! De fait, le spectateur reste confondu !
La réalité du contenu éloquent de cet opus, il faut le dire, a dépassé la science, la fiction, la raison et l'esprit de l'homme !
Avec l'éveil et un intérêt grandissant pour déterminer quelle en est la nature... encore faut-il alors, savoir garder raison, savoir tempérer l'affect...
Image
Cela est un astronef qui plane à la vitesse de la lumière !
Au nom de quoi ?
En effet, au nom de quoi critique-t-on le film "La révélation des pyramides" ?
On peut se le répéter : la finalité de la critique démontre pourquoi elle est faite !

Assurément, une analyse ne peut pas être "sélective", en tranchant sur la pellicule ce qui "semble être négatif", pour ensuite affirmer que le "tout" est négatif, en omettant les aspects positifs !
Ou avec des "arguments raisonnables partialement" pour rendre illégitime le film entièrement !
Ce genre de méthode démontre ce pour quoi "l'analyse tronquée" est faite, et révèle donc que la démarche est sans fondement moral ou éthique !

Des "morceaux choisis" révèlent les limites et le sérieux de ce genre de procédé pseudo-explicative, et indique implicitement la provenance de ce qui "motive" ce dépouillement partiel.
Cela ne peut que confirmer la véracité des éléments du film, surtout si un stratagème est adopté pour le discréditer !

En exemple, au nom de quoi modifie-t-on le pyramidion si ce n'est de "prime abord" pour "camoufler" les réelles dimensions ?
Quel intérêt d'avoir travesti un important objet archéologique, et à qui profite ce sacrilège, si ce n'est pour discréditer les vrais consciencieux metteurs en scène du film ?
Serait-ce un enjeu "diplomatico-économico-idéologique" plus grand, plus important et dépassant le simple cadre du film, qui expliquerait une telle nécessité de la destruction de cet artéfact si précieux, et qui serait donc "absolument" sans aucun rapport avec "La révélation des pyramides" ?
Alors dans ce cas, il faudrait croire qu'il y a "alien" sous roche, dans cette nouvelle forme "pyramidionale" !
Sans se demander d'où viennent les crédits pour bousiller un objet vraiment inestimable...

Des sujets bien compris ?
Le documentaire "La révélation des pyramides" de P. Pooyard et de J. Grimault évoque plusieurs sujets de manière... univoque !
Des sujets indubitablement indiscutable comme les faits (Matières, réalités attestées et calculs).
Des sujets discutables, non pour leur existence authentiquement expertisée comme "inconcevable", mais pour connaître les "précisions" caractéristiques de leur "réctitude", à savoir quelles finalités, pourquoi et comment, quelle histoire, quelle vérité... !
Image
Hauteur X apothème / coudée + largeur - angle X base² + apex³ = 1 mètre !
Une certaine conclusion...
Si la gendarmerie doit faire son travail, elle constatera clairement qu'il n'y a rien de "sectaire", et qu'il n'y a aucune "manipulation pernicieuse" dans ce travail culturel et cinématographique, comme certains en manque d'arguments le proclament, prenant le risque d'être dans une grave diffamation à l'encontre des auteurs du film que sont uniquement, je le répète au cas où, Patrice Pooyard et Jacques Grimault !
Si la justice fait son travail, elle conclura clairement qu'il n'y a pas de raison que "ceux qui calomnient" les véritables initiateurs de "La révélation des pyramides", ne paient pas de dommages et intérêts !

Et si les "spécialistes" du "démasquage" ont à l'esprit l'intérêt citoyen, qui serait la "salubrité publique", qu'ils prennent bien garde d'en avoir d'abord l'autorisation en conscience.
Ensuite, de bien agencer les critères en évoquant les propos de Patrice Pooyard ou de ceux de Jacques Grimault, pour enfin, ne pas adopter la manière "décousue" ou "déloyale" au risque de se trahir et devoir expier...
En effet, qu'ils ne se fassent pas à leur tour "démasquer" par la révélation hideuse de leur propre face, s'obligeant à purger une peine et à devoir subir une pénibilité, en se voyant confondu par la médiocrité de leurs réalisations pseudo-analytiques...

A ce niveau, nous ne sommes plus aux bégaiements et autres balbutiements onomatopéiques de sons ou d'alignement de mots pour faire siffler le vent vers telle ou telle direction...
C'est désormais au rang de qualité qu'une intervention est souhaitée par ces "pros", lorsqu'un détail ET l'ensemble de l'oeuvre sont visé, à moins de se voir au minimum discréditer à jamais...
Des expériences amenant au discredit, sans quiproquo et très explicite, sont pourtant connu parmi quelques sites ou blogs "détracteurs"...

Et ce ne sont pas les moyens qui manquent pour participer, rester consciencieux, pondéré, et ainsi partir calmement mais surement, vers une réalité historique, accompagné de ceux venant de partout, qui la font avec rigueur, responsabilité et sens commun... pour que les humbles puissent ne plus souffrir des condescendants, et ainsi évoluer, enfin, vers le progrès sereinement, paisiblement... !

Déposons donc le cigare et l'imper de Mister Colombo, redescendons sur terre et trépassons les magouilles et les médisances inutilement "éphémères"...
Revenons au scénario véritablement structuré, au syllogisme et à l'art de Patrice Pooyard, ainsi qu'au pragmatisme pédagogique et scientifique de Jacques Grimault !
Etudions avec passion ou non, avec compassion ou non, par la "bonne pratique" les points de leurs exposés, évaluons leur production culturelle si nécessaire, pour contribuer ensemble, partager et assembler les pièces d'une énigme d'une dimension... universelle !

Partons en quête de la réalisation d'un puzzle multicolore et multiforme, à qui le souhaite ou veut l'entendre, pour ne plus se consumer à consommer le "prêt-à-penser" sans bouger...
Et réaliser ainsi notre passé, pour voir au présent, un autre possible futur... sur lesquelles nous pourrions y trouver, à notre tour, l'écho de nos propres exploits de bâtisseurs !
Entre l'hêtre et le bouleau, En vert paraître et se chanter beau, S'envole le faux et s'éveille l'être.
Ce forum est désormais en Archive !
--->> ARCHIVES <<---

Post Reply